Point de vue

Publié le par Didier Decoster

Je conçois aisément qu'il est parfois délicat d'aborder en « mode terrien » les articles publiés sur ce blog ; vos témoignages en font parfois état. Aussi, est-il juste de modeler mon expression à partir d'une approche plus conceptuelle.

Et pour m'y aider, je vais momentanément emprunter à un ami un point de vue -au demeurant fort honorable-, en prélevant, avec la plus grande fidélité, un extrait de la thèse doctorale en économie qu'il soutient actuellement. Cet extrait reprend  dans son intégralité (ou presque) ce qui suit.

[ C’est à l’homme de concevoir des modèles permettant l’épanouissement de tous les individus que la nature génère dans la biosphère. Or, les modèles restrictifs du présent ne permettent pas d’intégrer de façon homogène le groupe humain et quelques catégories sont laissées pour compte. Un changement de paradigme n’est rien d’autre qu’un changement de vision du monde, un nouveau cadre mental qui organise les actions des hommes à l’intérieur d’une pensée systémique, comme le suggérait, il y a plus de trente ans maintenant, le physicien Fritjof CAPRA aux économistes : « … Comme les organismes individuels, les écosystèmes sont des systèmes auto-organisés et auto-régularisés dans lesquels les plantes, les animaux, les micro-organismes et les substances inanimées sont reliés à travers un réseau complexe d'interdépendances impliquant l'échange de matière et d'énergie au sein de cycles continus … La reconnaissance de la nature non linéaire de tous les systèmes dynamiques est l'essence même de la conscience écologique, l'essence de la "sagesse systémique", ainsi que la nomme Bateson. Cette sorte de sagesse est caractéristique des cultures traditionnelles, archaïques, mais elle a été tristement négligée dans notre société mécanisée et rationalisée à l'excès. » Le cadre institutionnel, produit par l’esprit d’êtres vivants, pensants et agissants ensemble au sein d’un Tout, devrait être assimilable à un élément naturel. La prise de conscience croît de jour en jour alors que les modèles dualistes persistent à engendrer des désastres aussi bien écologiques que sociaux. Les institutions obsolètes que ces théories entendent maintenir à seule fin conservatrice finiront par se désintégrer lorsque des théories plus puissantes seront à même de les détrôner. La science laisse aujourd'hui entrevoir un monde en continuel changement et il importe d’en comprendre le fonctionnement, afin d’être en mesure d’en dégager les lois, et dans ce prolongement, d’ajuster les comportements en vertu des causalités sous-jacentes, pour préparer l’avenir. C’est ainsi que le plan d’ensemble parvient à se montrer cohérent quand ceux qui pensent les institutions en profondeur le font dans la droite ligne d’une perspective initiale qui se poursuit dans la direction d’un perfectionnement continuel. De la même façon que les toutes premières peuplades humaines se faisaient une représentation particulière du monde, elles le voyaient comme un Tout organisé et en parfait équilibre ; elles-mêmes étaient partie prenante intégrées. Dans cette vision conceptuelle du monde, il n’y avait aucune division possible, car rien ne peut perturber l'équilibre naturel donné. Les êtres humains évoluaient en équilibre au sein de communautés égalitaires, sans séparation entre eux et le reste du vivant, non plus entre hommes et femmes, humains et nature.Il faut donc s'attendre à ce qu’une autre forme de pensées vienne pénétrer l’esprit humain ; ainsi, la vision et la façon d’être au monde des êtres humains va encore se modifier.]

 

Si cet abord diffère quelque peu du mien, il reste que nous parlons le même langage, à notre façon. Par analogie et sur un ton humoristique, je dirais que quand les uns trouvent que Pise est une jolie ville, mais une ville bizarrement construite où tout y est incliné sauf une tour qui est droite, les autres voient que Pise est une jolie ville, normalement construite où tout est droit sauf une tour qui est inclinée ; il reste que Pise est une jolie ville.  

 

Et si ce qui est dit dans cette thèse émane d'un point de vue économique, donc scientifique puisque l'économie est aussi une science, alors cette démonstration est à mes yeux essentielle quand il s'agit d'évoquer certes la dualité mais aussi la prise de conscience ; certes la division comme la séparation mais aussi l'ensemble et/ou le Tout ; et encore les communautés égalitaires à l'intérieur desquelles existent : l'esprit des vivants, la nature, la profondeur de la pensée et la vision, le changement de paradigme, la cohérence, bref l'épanouissement dans la recherche du perfectionnement continuel et dans un parfait équilibre.

 

Comme quoi … Tout Est Un.

 

 

Le Doctorant en économie se nomme : Philippe TONOLO et il présentera le 19 Décembre 2017 à l'Université d'ARTOIS (ARRAS) sa thèse doctorale basée sur un nouveau concept entrepreneurial appelé « SARS » (Société A Responsabilité Sociale) dans un environnement économique générant un plein emploi durable.

Commenter cet article